Trio d'une fraîcheur féérique

Publié le par Paul Moes

undefined 
Le but d'un apéritif est généralement de stimuler l'appétit. Le "Concert Apéritif" du dimanche 9 mars 2008 à la Philharmonie a totalement atteint ce but. Il nous a donné un appétit gourmand de retrouver et surtout de réentendre le merveilleux trio que formèrent en cette matinée Markus Brönimann, flûte, Nial Brown, violoncelle et la superbe Isabelle Trüb au piano. Notre enthousiasme fut tel que nous osons proposer aux trois artistes de se constituer en trio permanent, le répertoire pour une telle formation, laissant certainement une place de choix à tel ensemble dans le domaine de la musique de chambre, national et international. Il y a certainement une "Marktlücke" à occuper, comme disent les économistes!
 
La flûte, chaleureusement accompagnée par duotrubbrown.JPGle duo Trüb-Brown, considérée souvent comme le plus vieil instrument du monde, commença son voyage au 18e siècle avec Joseph Haydn pour le finir – après un magnifique passage au 20e – au 19e siècle avec Carl Maria von Weber.
 
Le Trio pour flûte, violoncelle et piano n° 29 en ré majeur Hob. XV/16 de Haydn assura un réveil dynamique à ceux qui en cette fin de matinée dominicale en avait besoin. Dans l'Allegro du début, la dynamique soigneusement conduite par le violoncelle de Niall Brown se trouve en parfaite empathie avec le piano à la clarté finement ciselée d'Isabelle Trüb et la naturelle vocalité de la flûte de Markus Brönimann, le tout magnifié par l'acoustique généreuse des lieux. Isabelle Trüb réserve une sonorité plus ronde à l'Andantino alors que dans le Vivace assai final le goût haydnien de la volubilité et du risque stimule joyeusement l'écoute.
 
Les œuvres pour piano et violoncelle de Gabriel Fauré comportent de purs moments de beauté musicale, comme la Romance en la majeur op. 69 et Papillon en la majeur op 77. Dès les premières notes nous sommes transportés dans l'univers romantique et mélancolique de la Romance et dans le monde virevoltant et gai de Papillon. Un papillon qui est devenu visible et présent sur la scène. Isabelle Trüb et Niall Brown prennent visiblement plaisir à jouer. Ils transmettent toute leur joie au public. Ici nous avons particulièrement aimé les mains de Brown, caressant énergiquement les cordes de son violoncelle. Dans la Fantaisie op. 79 la flûte de Markus Brönimann, tendre et capricieuse chanta un très beau duo avec le piano, toujours aussi pur et cristallin.
 
 
L'apothéose de la matinée fut le Trio pour piano, flûte et violoncelle en sol mineur op. 63 de C.M. von Weber. Nous connaissions de Weber le magistral Grand Duo concertant pour piano et clarinette; Nous avons découvert avec plaisir ce trio qui cadrait parfaitement avec l'ambiance chaleureuse, qui régnait dans la salle de musique de chambre de la Philharmonie.
L'interprétation sans bémol, dans une complicité parfaite, des trois artistes a rendu cet instant encore plus beau. Un réel moment de partage entre le public et les artistes.
 
Nous pensons que cet avant-dernier Concert Apéritif de la saison a connu des moments de grâce qui resteront dans la mémoire des mélomanes présents. Si parfois certaines soirées sont magiques, cette matinée fut un moment féérique délivré par les trois protagonistes Isabelle Trüb (piano) Niall Brown (violoncelle) et Markus Brönimann (flûte).
 
Comme de coutume, la matinée se termina sur une rencontre sympathique entre les artistes et le public autour d'un verre d'apéritif, au vrai sens du terme.
 
 
                                                                                                                                 Paul Moes

Publié dans mars 2008

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article