Vents très forts au Syrdall pour un concert d'ouverture remarquable

Publié le par Paul Moes

undefined
Jeannot Waringo et ses collaborateurs avaient conviés les mélomanes à Roodt-sur-Syre, dimanche dernier (16 mars 2008) pour le concert d'ouverture de la XXIe Saison Musicale de Mensdorf (Musek am Syrdall). Ce concert n'a pas seulement été remarquable par la présence d'un des compositeurs au programme (Kerry Turner), mais surtout par la qualité des musiciens de l'OPL Wind Quartet.
 
Le quatuor à vents de l'Orchestre Philharmonique du Luxembourg, présenta un vaste programme allant de l'époque baroque (François René Gerbauer 1773-1845) à nos jours (Kerry Turner *1960).
 
Plus d'une centaine de mélomanes a apprécié, en l'église de Roodt, le talent et la virtuosité musicale des quatre musiciens de l'ensemble: Etienne Plasman (flûte), Jean-Philippe Vivier (clarinette), Patrick Coljon (cor) et David Sattler (basson).
 
Nous avons découvert un quatuor saisissant, réunissant quatre jeunes musiciens de l'OPL chez qui l'expérience commune au sein de l'orchestre a fait naître la volonté et surtout l'envie de travailler en quatuor, afin de proposer un répertoire de musique éclectique de façon vivante et personnalisée. Grâce aux nombreuses possibilités musicales qu'offrent leurs instruments respectifs tous les quatre ont en commun le désir de faire découvrir et de promouvoir la musique classique contemporaine et traditionnelle. Le quatuor dispose d'un répertoire d'œuvres originales écrites exclusivement pour lui (Turner) ainsi que d'arrangements d'œuvres connues et moins connues.
 
Etienne Plasman maîtrise sa flûte avec une agilité époustouflante et une souplesse admirable. Dimanche nous avons aimé les nuances d'articulations raffinées de ses interprétations, le charme et la pureté dans ses graves et la luminosité sifflante dans son suraigu.
("La flûte adoucit les esprits et les pénètre dedans les oreilles avec un si gracieux son qu'elle porte une tranquillité et pacification de tous les mouvements jusque dans l'âme", cette citation de Plutarque s'est rappelée à nous dimanche.)
 
Nous sommes depuis quelque temps déjà des supporters inconditionnels de la virtuosité de Jean-Philippe Vivier. Au Syrdall, aussi, sa clarinette a aisément dominé trilles, arpèges avec des traits merveilleux de vélocité. Nous avons retrouvé le merveilleux et émouvant artiste du "Quatuor à la fin du temps" de Messiaen, qu'il a enregistré en 2004 avec le Trio Elégiaque à la Villa Louvigny. 

Le basson de David Sattler s'imposa, toujours quand il le fallait, avec sa sonorité grave et une belle plénitude. L'Alsacien utilisa l'étendu de son instrument avec une belle homogénéité, caractérisée par éloquence et virtuosité. Sa surprenante agilité fut impressionnante.
 
De Patrick Coljon nous tenons à souligner le velouté dans les sonorités et la finesse de l'interprétation. Si nous connaissons le cor comme instrument surtout romantique, il devient admirablement moderne dans Turner où Coljon exploite à fond sa rythmique et ses possibilités esthétiques. En tout cas un grand bravo pour le corniste de l'ensemble et par ricochet de l'OPL.
 
Comme nous n'avons pas osé dire notre vécu aux quatre artistes après le concert, nous leur disons ici: "Vous jouez avec talent, engagement et beaucoup d'humour, mais surtout en vous amusant comme quatre copains. Et cela vous le communiquez au public!"Merci.
 
Ce concert d'ouverture très réussi de "Musek am Syrdall" se termina par le pot de l'amitié en compagnie de ce quatuor qui marquera cette XXIe saison musicale de Mensdorf.

Paul Moes
 

Publié dans mars 2008

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article