Aujourd'hui: Apéro entre amis avec le Quatuor Louvigny

Publié le par Paul Moes

Dimanche 7 décembre 2008 à 11.00 heures à la Philharmonie
- Salle de Musique de Chambre -

Amis de l'Orchestre Philharmonique du Luxembourg

 

Quatuor Louvigny

 

Philippe Koch violon

Fabian Perdichizzi violon

Ilan Schneider alto

Aleksandr Khramouchin violoncelle

 

Antonin Dvorak: Quatuor en fa majeur op. 96 dit  " quatuor américain"

Maurice Ravel: Quatuor à cordes en fa majeur (F-Dur)

 

 

Le magazine français Res Musica a dit du Quatuor Louvignt après le même programme : “Dès le premier mouvement, leur maîtrise technique d’ensemble, mais aussi la virtuosité personnelle des instrumentistes, s’affichent aisément. Sans perdre un instant la conviction et l’entrain qu’on leur connaît, ils y développent toute une gamme de couleurs, de nuances, de tempi et d’émotions surtout.”



Le Quatuor Louvigny a été créé en 2001 par quatre solistes de l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg (OPL) qui ont donné à leur ensemble le nom de « Quatuor de Louvigny » en hommage à la Villa Louvigny, qui fut le lieu de naissance de l’actuel OPL.

 

Philippe Koch descend d’une grande famille de musiciens liégeois. Il a fait ses études au Conservatoire de sa ville natale et s’est ensuite perfectionné avec Christian Ferras, Pierre Amoyal et Arthur Grumiaux.

 

Diplômé du Conservatoire royal de Liège, Philippe Koch se perfectionne avec Arthur Grumiaux à Bruxelles et Christian Ferras à Paris.

 

Très jeune, il est nommé Konzertmeister de l'Orchestre de RTL et entre dans la carrière pédagogique en qualité de professeur de violon au Conservatoire royal de Mons et au Conservatoire royal de Liège.

 

Ses talents de soliste lui ouvrent les portes des grands festivals. Il se produit avec les orchestres symphoniques belges et des formations étrangères telles que l'Orchestre Philharmonique de Dresde et la Camerata de Palerme.

 

Philippe Koch a notamment enregistré les œuvres de Rogister et de Vieuxtemps.

Il a été le Konzertmeister de l'Orchestre mondial réuni à Rio de Janeiro sous la direction de Lorin Maazel.

 

Il est membre du Trio Arthur Grumiaux et du Brussels String Quartet.

 

 

Fabian Perdichizzi a fait ses études à Bruxelles pour rejoindre ensuite l’Orchestre de la Radio Télévision belge (RTBF) et la « Beethoven Academy ». Il deviendra successivement membre de l’Orchestre de la Radio sarroise (1994) dans lequel il occupe actuellement le poste de premier soliste.

 

Ilan Schneider, né en 1968 en Lituanie, entame ses études musicales à Vilnius. Adolescent il suit sa famille en Israël et continue ses études à la « Rubin Academy of Music » de Tel Aviv. En 1989, il gagne le Concours de Violon de cette académie et se perfectionne avec les membres du Quatuor Alban Berg à l’université de Vienne. Depuis 2003 il est 1er alto solo de l’OPL.

 

Aleksandre Khramouchine, né à Minsk (Biélorussie) en 1979, dans une famille de musiciens, commence l’étude du violoncelle à l’âge de quatre ans. Il poursuit sa formation au conservatoire d’Anvers et se perfectionne notamment chez Janos Starker et Boris Pergamenschikov. Depuis janvier 2000 il occupe le poste de 1er violoncelle à l’OPL.

 

Antonin Dvorak: Quatuor à cordes no 12, en fa majeur, op. 96(Quatuor Américain)

 

Allegro ma non-troppo - Lento –

Molto vivace – Vivace ma non troppo

 

La partition de chambre la plus célèbre du compositeur tchèque fut écrite lors d’un séjour dans une petite cité de l’Etat d’Iowa aux Etats-Unis. Dvorak y séjourna dans une communauté d’origine tchèque, mais il put y découvrir la musique des Noirs et celle d’une tribu locale d’Indiens.

 

On peut dès lors se demander si l’on trouve des traces de ces expériences musicales dans le quatuor ? Les experts pensent n’avoirdétecté que des traces infimes de musique indienne. Par contre, l’influence de la musique des Noirsserait plus évidente, notamment par l’utilisation de la gamme pentatonique (les touches noires du piano) dans le premier mouvement. Au-delà de ces considérations, il est

établi que la substance du quatuor demeure la nostalgie du pays natal. Le résultat est une oeuvre empreinte d’une atmosphère sereine, pleine de lumière, bucolique, avec entre autres l’imitation du chant d’un oiseau local au troisième mouvement. Faut-il dès lors s’étonner que ce quatuor soit devenu le quatuor le plus joué de Dvorak?

 

 

 

Maurice Ravel: Quatuor en fa mineur

 

Allegro moderato – Assez vif, très rythmé – Très lent – Vif et agité

 

Abstraction faite d’une sonate pour violon et piano, Ravel a véritablement débuté dans la musique de chambre par ce quatuor à cordes. Même si c’est une oeuvre de jeunesse, dédiée ‘À mon cher Maître Gabriel Fauré’, cette composition est déjà empreinte d’une personnalité et d’une perfection affirmées. Toutefois, en dépit d’un conservatisme relatif du style et de la forme, l’oeuvre se détache ostensiblement du modèle scolastique de l’époque. Pour la caractériser en quelques mots, le mieux est de citer deux membres du Quatuor Joachim: “On retrouve une écriture élaborée, mais en même temps une émotion à fleur de peau (…) Une musique qui se veut imagée et qui raconte des histoires. Vous écoutez Ravel et vous voyez des tableaux de Monnet, il faut se laisser porter par la musique”.

 

Nicolas Ueberecken ( in: Lettre Philharmonique)

 

Sources: Fayard, La musique de Chambre;

Harenberg, Kammermusikführer; La Liberté

de l’Est

 

 

Comme toujours une chronique sera publiée après le concert sur Euterpe.

 

Commenter cet article